PEUPLEMENT DE LA PLATA ET EFFETS CHEZ NOUS par Pierre CASTILLOU

 

Pierre CASTILLOU

 

 

Né le 29/04/1953 à Oloron Ste Marie, Pierre Castillou est tout à la fois sculpteur, écrivain voyageur, romancier et illustrateur d'ouvrages...

 

Depuis plus de trente ans, Pierre Castillou présente régulièrement ses œuvres  dans le grand Sud-ouest. Il est aussi illustrateur de livres, d’abord de ses propres récits mais aussi de ceux d’auteurs tels que Pierre-Louis Giannerini, « Amour et érotisme dans la sculpture romane », « La cathédrale Sainte-Marie d’Oloron », et de Michel Fabre « Les rues de Pau ».

 

La conférence qu'il nous propose:

 

 

                         L’émigration vers les Pays de la Plata au XIXe siècle 

 

Causes, politique migratoire, agences d’émigration, transports, accueil et débouchés…

                                      Conférence de Pierre CASTILLOU

 

Nous savons qu’à partir du 19e siècle, diverses causes et changements provoquent une émigration européenne massive vers le Nouveau Monde. Nous tenterons de comprendre lesquels et d’expliquer pourquoi une foule d’Italiens, d’Espagnols, d’Irlandais et plus localement de Basco Béarnais s’engagent dans cette aventure risquée et aléatoire de l’autre côté de l’Atlantique, plus particulièrement en direction des Pays de la Plata (Argentine, Uruguay, Bolivie et Paraguay.)

 

Nous étudierons les évènements argentins qui déterminèrent la politique mise en place par le gouvernement de ce pays : les lois d’immigrations, la création des villes de colonisation, la propagande parfois trompeuse destinée à drainer une population choisie, le rôle des compagnies maritimes et des agences d’émigration, leur fonctionnement en France et plus particulièrement dans les Basses Pyrénées.

 

Nous verrons les conséquences directes de cette politique, en Argentine et dans l’Hexagone, et les mesures nouvelles qui en découleront. Nous aborderons le coût du voyage et ses financements, le rôle des Compagnies maritimes, les conditions de la traversée, les escales, l’accueil à l’arrivée, l’hébergement, l’assistance à l’emploi, l’attribution de terre, le déséquilibre démographique.

 

Nous évoquerons aussi les difficultés d’intégration de cette population d’immigrés et les mesures prises pour parvenir à cette fin.

 

Cette conférence sera illustrée de documents et de photos d’époque issus en grande partie de fonds d’archives français et argentins.

 

 

 

 

La Conférence.

 

 

 

L’Argentine, 7 fois la France et seulement 1 million d’habitants, telle était la situation en 1850 .Peupler l’Argentine a été une volonté des gouvernants argentins.

 

 

 

Ce dessein a été servi par des circonstances particulières en Europe d’où sont partis les migrants transitant par les ports de Gènes, Marseille, Barcelone, Bordeaux, Liverpool, Anvers ou Hambourg. Ces lieux montrent une situation globale en Europe, et pas seulement un phénomène local.

 

Plusieurs causes à ceci :

 

-          Une croissance démographique exponentielle

 

-          La présence de crises économiques emmenant chômage et misère

 

-          Des crises politiques avec des changements de régime déstabilisants

 

-          Ponctuellement des crises locales aux origines diverses

 

-          Et en France une durée très longue du service militaire ( 7 ans pour les tirés au sort) et le droit d’ainesse incitent les jeunes a quitter leur sol.

 

Ceci a été aussi conforté par les progrès des moyens de transport : rail, bateaux routes facilitant les projets de déplacements lointains

 

 

 

ET LA SITUATION DANS NOTRE SUD-OUEST ??

 

Il y a là deux aspects très différents :

 

D’abord le fait que depuis les ports du pays Basque français ou espagnols, un commerce important et des relations commerciales fortes s’étaient établies avec ces provinces de l’Argentine

 

Ensuite une cause Confessionnelle. Avant 1850, le clergé était opposé à l’émigration, par peur de perdre ses fidèles ou encore de les voir revenir en ayant perdu leurs bonnes pratiques. Ceci a changé vers 1850, ou le clergé et congrégations se sont aussi investis en Argentine, y créant paroisses et Ecoles, dont le très réputé Collège SAN JOSE,  a Buenos Aires, créé par les bétharamites appelés « los padres baioneses » D’autres congrégations ont essaimé elles aussi dans tout le Nord de l’Argentine

 

 

 

ET PENDANT CE TEMPS, EN ARGENTINE…

 

 

 

Dans toute l’Amérique du Sud, le début du 19ème siècle a été celle des guerres d’indépendance face a une Espagne affaiblie ? Puis de guerres internes pour des luttes d’espace ou de pouvoirs.

 

 

 

Ces Pays, difficilement établis ont eu pour préoccupation d’organiser, et surtout de peupler leur territoire avec une population éduquée, qui apportera savoir-faire et progrès. Et c’est des Pays d’Europe que leurs regards se sont tournés

 

Des 1853, la constitution argentine, garantit une absolue tolérance a tous ceux qui vivent ou vont venir vivre en Argentine.

 

 

 

Et puis est venu le temps de l’organisation et de la recherche d’émigrés. En 1875, l’Argentine crée la Commission Générale d’Immigration qui négocie avec les compagnies de navigation, déjà engagées dans le commerce traditionnel, pour qu’ils prennent en compte la recherche et le transport des immigrés.

 

Cette commission crée des Officines de Propagande en Europe. Des Agences privées se créent. Cet ensemble fait connaître l’Argentine comme un Pays plus que prometteur, peut-être aussi, au-delà de la réalité

 

Une loi facilite l’accueil des immigrants, avec nourriture et logement gratuitement pendant cinq jours. Ceci en lieu emblématique : l’hôtel de los immigrantes, aussi appelé La Rotonda ( photos ci-dessous)

 

L’Etat va plus loin en proposant des facilités pour acquérir des terres, en attribue aussi gratuitement contre quelques engagements simples, ou encore créée des colonies.

 

 

 

Tout ceci attire réellement et très vite apparaissent au terme du voyage les réseaux entre connaissances, de mêmes origines et des liens forts se créent, facilitant vie et soutiens

 

 

 

 

 

ET EN FRANCE

 

Dans notre pays apparaissent alors des agences d’émigrations Rattachées souvent à des compagnies maritimes, elles ont souvent des agences ou sous agents qui recherchent des jeunes locaux et organisent leur voyage jusqu’en Argentine.

 

D’autres apportent un autre type d’organisation. Ils créent des colonies ou se retrouvent le plus souvent des émigrés issus d’une région précise et où ils se retrouvent entre eux.

 

Ces agents étaient rémunérés suivant le nombre d’émigrés arrivés en Argentine  ceci n’empêchait pas de chercher tous les moyens pour que les voyages soient payés : crédit, famille, etc

 

Craignant les abus, l’Etat français s’est préoccupé, au travers du Service de l’émigration, a cherché a sécuriser ces mouvements, en imposant des agréments aux agences et aux compagnies maritimes ainsi que des conditions sanitaires et alimentaires lors des transports.

 

ET QU’EN A-T’IL ETE FINALEMENT

 

En Argentine la croissance de population a bien eu lieu. Mais ce n’est pas seulement des savoir faire et de la compétence qui sont arrivés, et une grande partie des émigrés se retrouve dans les banlieues de Buenos Aires

 

Par ailleurs, ces populations arrivées s’étant regroupées par origine, l’unité du Pays ne se faisait pas , et cette unité est devenue une préoccupation Les pouvoirs publics ont alors réalisé de gros efforts dans le domaine de l’enseignement à tous les niveaux

 

Restait ensuite à tous les arrivants en Argentine a trouver, au-delà du moment de l’arrivée, à trouver leur avenir, leur logement, leur vie

 

'ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L'ARGENTINE DE 1536 A 1870

 

Deux ouvrages récents reconstituent l'évolution de la population de l'Argentine (1). Le premier va des origines à 1810. Le second poursuit cette étude jusqu'en 1870, en utilisant les trois recensements et calculs après l'Indépendance. C'est en 1536 que Pedro de Mendoza, accompagné de quelque 1 800 colons espagnols, s'établit sur les rives du Rio de la Plata. En moins de 6 ans, ce premier établissement disparut ou se dispersa. Jusqu'à la fin du xvie siècle, le peuplement blanc se fit surtout à partir du Pérou ou du Chili. Il est très difficile d'évaluer la population indigène à cette époque. Selon Rosem- blat, qui fait autorité, elle n'aurait pas dépassé 300 000 en 1570. Le métissage, si fréquent en Amérique latine, semble avoir été rapide. Au milieu du XVIIe siècle, l'estimation porte sur 50 000 Blancs et 20 000 Métis, mais, en approfondissant au moyen des registres paroissiaux notamment, on constaterait que de nombreux Blancs avaient des ancêtres indigènes. Les immigrantes espagnoles furent, en effet, toujours très rares. On n'en comptait que 8 (dont 3 mariées), parmi les 1 800 personnes de l'expédition de Mendoza. On ne peut fixer de chiffres pour l'apport noir, mais il est loin d'être négligeable. Dès 1588, les négriers trafiquaient dans les ports du Rio de la Plata. Pour la petite ville de Mendoza, par exemple, une analyse détaillée révèle qu'en 1645, sur 800 habitants, plus de 200 étaient des esclaves noirs. Cet élément, surtout urbain, s'intégra beaucoup plus à la population blanche qu'aux Indiens et aux Métis qui vivaient dans la campagne. En 1778, le vice-roi nouvellement institué, organisa un recensement, selon les groupes ethniques. Voici les chiffres de l'ensemble des provinces recensées et de la ville de Buenos Aires :

 

W Jorge Comadran Ruiz. Evolución demográfica argentina durante el periodo his- pano. (1535-1810) Buenos Aires 1969, 120 p. Ernesto J. A. Maeder. Evolución demográfica argentina desde 1810 a 1869, Buenos Aires 1969, 68 p.

 

138

 

NOTES ET DOCUMENTS

 

Chiffres de l'ensemble des provinces recensées et de la ville de Buenos Aires

 

La comparaison avec les chiffres donnés plus haut confirme que la définition des Blancs devait déjà être plus sociologique que raciale. On notera l'importance de la population noire qui atteint presque celle des Blancs et assimilés.

 

Ce recensement est loin d'englober toutes les provinces. En utilisant des documents postérieurs, les historiens ont pu évaluer la population totale du territoire actuel de l'Argentine à 406 000 habitants en 1809 et celle de Buenos Aires à plus de 42 000 .Dans cette ville, les natifs d'Espagne ne dépassaient pas 10 % des Blancs. Les étrangers étaient relativement nombreux. Un recensement nominal, pour 17 quartiers, en mentionne 475 en 1804, dont 250 Portugais, 108 Italiens] et 57 Français.

 

On évalue à 200 ou 300 000 les Indiens non soumis qui occupaient les immenses territoires du Sud.

 

Pour le xixe siècle, les chiffres sont plus sûrs, mais ne distinguent plus les différentes ethnies. Dans les années qui suivirent l'Indépendance, plusieurs recensements partiels furent ordonnés par le congrès. En 1857 et en 1869, ils devinrent à peu près exhaustifs. On peut donc suivre de manière assez satisfaisante la croissance de la population. A titre de comparaison, nous donnons ci-dessous, le taux de croissance annuelle aux États-Unis pour la période considérée (1) :

 

 

Taux de croissance annuelle aux États-Unis pour la période considérée

 

La population dut doubler de 1778 à 1825, soit en un peu moins de 50 ans, puis en 30 ans de 1826 à 1856 et en 38 ans de 1857 à 1895, cette croissance rapide

 

(*' Pourcentages tirés de la communication au congrès de Cambridge, septembre 1969, par J. Krause. Some comments on the historial demography of the U.S.

 

provenant de l'amélioration sanitaire et plus encore, de l'immigration, qui, modérée, à l'époque coloniale, se développa beaucoup après 1840 et eut pour effet de rendre la population de plus en plus blanche. Le développement de Buenos Aires, point d'arrivée de la plupart des immigrants, fut particulièrement important à cette époque. De 62 000 en 1836, la population passait à 90 000 en 1854 et 178 000 en 1869. Les chiffres donnés pour les régions marginales où vivaient les indigènes non soumis sont très sujets à caution. En 1863, le voyageur Martin de Moussy évaluait à 64 000 le nombre des Indiens de la Pampa, mais 6 ans après, le premier recensement national qui les inclut n'en comptait que 45 000. Pour l'ensemble de la population, d'importantes variations régionales apparaissent dans cette croissance. Le littoral progressa beaucoup plus rapidement que l'intérieur. Pour ne citer que les extrêmes, la province d'Entre Rios s'accrût de 1 047% entre 1800 et 1869 et celle de Juguy de 121 % seulement. J. Ho.

 

 

 

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites