L'ECOBUAGE par Jean GION

samedi 8 novembre à ACCOUS

Nous connaissons déjà Jean Sebastien GION. Il est dèjà venu a Partage et Culture en ASPE tenir une conférence sur le Pic du midi et l'impact des différentes pollutions sur la qualité des observations.
Tous les présents ont gardé l'image d'une présentation claire faite par un passioné enthousiasmant.

 

 

Texte provisoire

Conférence sur les "feux de lande courant" ("écobuage")

 

Accous, le samedi 08 Novembre 2014

 

(Jean-Sébastien Gion) 

 

Ces feux dans nos montagnes sont improprement appelés écobuage, en lien avec ce terme qui dans le Poitou ancien correspondait à une autre technique. Après avoir brulé la végétation, les sol était retourné par plaques et constituait une fumure du sol. Ceci ne se pratique pas dans nos montagnes, et il serait plus correct de parler de  "feux de lande courant"  

 

Ces feux sont à rapprocher, pour mieux les comprendre, de l'histoire de la couverture végétale dans l'économie agro-sylvo-pastorale: depuis  l'ouverture de l'espace agricole par la hache et le feu jusqu’à aujourd’hui., C’est un élément, qui, considéré sur 10 000 ans se confond avec la croissance de la population humaine, et de son passage d’une vie de cueillette et nomade a un mode de vie sédentaire, avec une population vivant de la culture et de l’élevage. Dans de grands espaces, la forêt primitive a été partiellement détruite. Notre  paysage végétal pyrénéen a ainsi évolué depuis l'aménagement des prairies de fauche et des parcours pâturables jusqu'à leur abandon partiel ou progressif. Celui-ci se traduit soit par la reconquête de la forêt soit par une dérivation vers des formations végétales de dégradation, empêchant la reforestation. 

 

C’est donc dans le cadre de la déprise agricole des parcelles à flanc de montagne et  de poursuite du pastoralisme ou d’autres aspects de la vie en montagne (telles que l’utilisation du bois pour la construction et le chauffage) qu’il faut regarder ces « feux de landes errants », aux multiples pratiques.

 

Il faut regarder les différents cas de pratique des "feux de lande courant" dans les Pyrénées, leurs avantages et leurs inconvénients: 

 

  1. 1) L'élimination des landes de dégradation sur les parcours pâturables hors estives: Fougère aigle, Ajoncs d'Europe, Genévriers, Genêts, Callune et Bruyères

    Ces deux types d’espaces sont à faible valeur en biodiversité et peuvent être brulées sans dommage particulier.

     Il y cependant deux limites :

    - Dans les espaces quasi intégralement couverts de genévriers, callune, genets, asphodèles  le feu a un effet très réduit et ne peut dégager l’espace pour une pâture d’estive

    - Il faut veiller à limiter le débordement du feu dans les forêts ou ilots de pin sylvestres, le hêtraies et sapinières n’ont pas le même risque. 

  2. 2)  L'élimination de la lande à fougère aigle sur prairie de fauche dégradée. L'entretien des bordures des prairies de fauche : c’est une pratique courante. Elle impose cependant une vigilance forte afin que le feu n’aille pas cers les bordures boisées ou en cours de boisement, car les premières essences qui viennent sont en général des frênes et bouleaux sensibles au feu. 

  3. 3) Les feux pratiqués sur les calcaires de la Zone Nord Pyrénéenne. Comparaison avec le milieu méditerranéen. Ce sont en général des plantes pérennes, sur des sols pauvres, à croissance lente, et il faut les préserver.

    4) Les feux pratiqués en "montagne sauvage": les bassins de réception et  les couloirs des zones. Avalancheuses. Sur ces situations, il faut bien regarder comment elles se situent dans la pente avalancheuse et bien regarder quel est l’impact sur le maintien des sols et l’adhérence de la neige…

     

    Au cours de la conférence, Jean Sébastien GION nous a présenté de superbes photos. Il nous en a laissé et figurent ci dessous.

     Mais si nous les regardons pour leurs couleurs, il faut bien saisir que  dans son propos ces photos contribuaient  essentiellement à sa démonstration sur la transformation des paysages montagnards, longtemps façonnés par l’homme qui a déboisé pour y vivre et y faire vivre ses animaux au cours des millénaires.

  • Actuellement, pratiquement partout dans nos vallées se déroule une nouvelle étape de la vie des forêts et des estives, celle de la reconquête  naturelle des espaces délaissés par les hommes avec un impact sur l'évolution des paysages de montagne.

     

         Photographies, montage et commentaires: Jean-Sébastien Gion (Master en Aménagement des Ressources Naturelles, UPS, Toulouse)

Ci-dessous, quelques une des photos présentées lors de la conférence par M. Jean Sébastien GION

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites