UN SIECLE DE CAMPS D'INTERNEMENT EN FRANCE par Pierre CASTILLOU

 

 

Présentation de la conférence: Un siècle de camp de concentration en France, de 1914 à nos jours

 

                                                        Pierre Castillou, écrivain & sculpteur

 

Très vite après leur expérimentation militaire puis civile à travers le monde, les camps de concentration apparaissent en France lors de la Première Guerre mondiale. Conscientes de l’impopularité de ces camps, les autorités utilisent des vocables plus modérés pour les évoquer, tels ceux de camps d’internement, centre de refuge, centre d’hébergement ou de transit, dépôt d’internés, colonies…  

 

La quasi-totalité de ces camps ferme après la première guerre mondiale. Cependant, avec la montée des nationalismes et la menace hitlérienne, un nouveau camp est ouvert en 1938 à Rieucros en Lozère. Destiné aux indésirables fuyants le 3eme Reich,  il accueillera avec beaucoup d’autres les républicains espagnols qui affluent lors de la « retirada » en février 1939.

 

Durant la Deuxième Guerre mondiale, la France utilisera ces mêmes camps et en construira de nombreux autres afin d’interner les juifs et les civils ennemis jugés indésirables, en passant par les tziganes ou les Cong Binh...

 

Ensuite, ces centres d’internements ne quitteront plus le paysage politique français, renaissant chaque fois de leurs cendres pour de nouvelles utilisations et sous de nouveaux qualificatifs. Diverses populations y séjourneront, des suspects du FLN aux Harkis, des Indochinois aux Hongrois…

 

Aujourd’hui, les centres de rétention pour les migrants s’adaptent et évoluent sous divers acronymes (CRA, CADA, etc.). Ces camps modernes continuent d’interner et d’isoler, perpétuant en cela la vocation première du camp de concentration.

 

Résumé de la conférence

 

 

Pierre Castillou nous a tout d’abord donné l’origine sémantique de l’expression « camp de concentration » puis précisé les sens réels des mots utilisés, puis clairement expliqué les fonctions et différences entre les camps d’internement, les camps de concentration et les centres d’extermination qui apparaissent dès la fin du XIXe siècle en Amérique, Afrique, Asie, URSS, puis en France en 1914.

 

En France, dès le début de la 1ere Guerre mondiale, sont ouverts des camps de concentration, vite rebaptisés camps d’internement pour les civils d’origine allemande, austro-hongroise, ottomane, belge ou d’Alsace-Lorraine comme celui de Garaison dans notre région. Tous ces « indésirables », mais aussi les prostitués, sont internés dans 74 camps du sud et de l’ouest de la France (souvent des bâtiments réquisitionnés).

 

Par ailleurs, 530 000 soldats allemands sont faits prisonniers et internés dans quantité de camps et de dépôts à la fin de la guerre.

 

 

 

Fin janvier 1939, 500 000 républicains espagnols passent la frontière catalane, fuyant les nationalistes. La plupart seront parqués dans les camps du Roussillon (Argelès-sur-Mer, Rivesaltes, Barcarès) avant d’être répartis dans des camps comme ceux par exemple de Bram, Sept fonds, Le Vernet, Agde ou celui de Gurs, près d’Oloron.

 

Lors de la 2e guerre mondiale, sous le gouvernement de Vichy, 55 000 civils « indésirables » sont internés dans les camps dont certains deviendront des antichambres de la mort ; des convois transitant par Drancy et Compiègne partiront vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. 

 

Au total, entre 1939 et 1946, ce sont près de 600 000 personnes passeront dans les 200 camps français.

 

Après la guerre et l’épuration, les camps évoluent et s’adaptent. Certains deviennent des prisons, des casernes, d’autres des asiles d’accueil pour loger la population qui a tout perdu pendant les combats. Ils continuent aussi à héberger les Cong Binh, ces Indochinois réquisitionnés en 1939 pour participer à l’effort de guerre en métropole par le plan Mandel.

 

Plus tard, ces camps hébergeront les rapatriés d’Indochine et d’Afrique du Nord, victimes des conflits de la décolonisation, les Hongrois aussi, mais beaucoup deviennent des centres d’hébergement administratif dans lesquels l’État interne ses opposants (guerre d’Algérie, FLN, OAS…)

 

De nos jours, il existe 32 CRA (centres de résidence administrative) qui internent les réfugiés clandestins en attente de régularisation, en moyenne 28 000 personnes par an….

 

Voici un texte pris sur Internet qui apporte des données.. Lu avant la conférence il vous permettra de rendre notre conférence plus vivante

Les catégories de camps

 

Il y a plusieurs types de camp. Des camp de concentration, camp d'internement et camp d'extermination[1].

 

Les camps de concentration

 

En 1914-1918, on parlait officiellement de camps de concentration[1]. Ainsi, l'historien Jean-Claude Farcy, a-t-il intitulé son ouvrage en 1995, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale. Pendant la Grande Guerre, des camps d'internement ont dépendu d'autorités étrangères sur le territoire français : c'est le cas par exemple du camp de travailleurs chinois du Commonwealth établi à Noyelles-sur-Mer (Somme), entre 1916 et 1919[2].

 

Cependant, depuis la Seconde Guerre mondiale, le sens de l'expression « camp de concentration » a évolué, elle désigne aujourd'hui les camps de concentration nazis. Le seul camp de concentration nazi, c'est-à-dire sous l'autorité directe de l'Allemagne nazie, ayant existé sur le territoire français est le Struthof[3],[4],[5],[6], en Alsace alors sous administration allemande. Ce camp était équipé d'une chambre à gaz. Le Camp de Royallieu à Compiègne était un camp de transit dirigé de 1940 à 1944 par les Allemands.

 

Il existait également des camps de travail forcé allemands comme celui de Watten dans le Nord au service de l'Organisation Todt.

 

Les camps d'internement

 

On réserve, en général, les termes « camp d'internement » aux camps placés sous l'autorité de l'État français. Les camps de Compiègne, Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande sont aussi désignés par l'expression « camp de transit ». Bien que les conditions de vie aient été très dures dans les camps français, et la mortalité élevée[1],[7], ils n'entraient pas - à l'exception notable des camps de transit - dans un projet d'extermination et ne devaient durer, en principe que le temps d'un conflit[1] (Première et Seconde Guerres mondiales, guerre d'Espagne).

 

Environ 40 000 étrangers, dont de nombreux réfugiés espagnols, sont soumis, à partir de septembre 1940 au travail obligatoire dans ce qu'on appelle les groupements de travailleurs étrangers. En métropole, il peut s'agir en zone libre de travaux agricoles dans des fermes pour remplacer les prisonniers de guerre, en zone occupée de travaux de fortification du mur de l'Atlantique dans le cadre de l'Organisation Todt.

 

Il a existé également des camps d'internement sous l'autorité des puissances alliées comme le camp d'internement de la police militaire américaine de Septèmes-les-Vallons (Bouches-du-Rhône) en 1944[2].

 

En Afrique du Nord, dans des « camps de représailles » comme Hadjerat M'Guill, ou dans des chantiers comme celui du transsaharien, « de nombreux travailleurs succombent à la faim, aux maladies et à la torture »[8],[9]. Le procès des bourreaux d'Hadjerat M'Guill, ouvert le 29 janvier 1944 à Alger se conclut par quatre condamnations à mort et six condamnations à des peines de travaux forcés de dix ans, de vingt ans et à la perpétuité[10].

 

La Première Guerre mondiale

 

La peur de l'ennemi, espions et suspects

 

Le déclenchement de la guerre provoque la signature de plusieurs décrets présidentiels dès août 1914 organisant le contrôle des étrangers ennemis sur le sol français. Le décret du 4 août 1914 prévoit que les autorités françaises doivent demander aux ressortissants allemands et austro-hongrois s'ils désirent rentrer dans leur pays ou subir des contrôles importants et réguliers de la part des services de police. La seconde solution est préférée parce que le gouvernement ne désirait nullement laisser partir des hommes valides capables de combattre leurs propres soldats ou des femmes suspectées d'être des espionnes ou des agents de renseignement au service de l'ennemi[11]. C'est pourquoi la décision d'ouvrir des camps pour étrangers civils a été prise par les autorités françaises qui utilisent un vocabulaire pénitentiaire puisqu'ils sont officiellement dénommés « dépôts de faveur ».

 

Une localisation précise et stratégique

 

J.C. Farcy dresse l'état des lieux de ces camps et estime qu'il y en a une cinquantaine sur le territoire national, plutôt localisés dans l'ouest et le sud, loin des zones de conflit ou d'occupation du nord-est. Les îles sont particulièrement privilégiées car elles permettent aux autorités d'écarter ces populations à risque des Français souffrant des conditions de la guerre. D'importants camps sont ainsi recensés comme celui de l'île d'Yeu où plusieurs centaines d'austro-allemands sont surveillés ou encore celui de Garaison, à Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées[12]. Dans le sud-ouest, certains camps sont aussi importants comme celui de Libourne[13] (Gironde), Bergerac (Dordogne), Marmande (Lot-et-Garonne), Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), Saintes (Charente-Maritime). Il faut aussi souligner l'existence d'un dépôt important à Pontmain en Mayenne.

 

Les camps de la fin des années 1930

 

Les camps d'internement en France pour la période 1938-1946 ont été étudiés par l'historien Denis Peschanski dans sa thèse de doctorat d’État soutenue en 2000, Les camps français d’internement (1938-1946)[Note 1].

 

L'internement des « étrangers indésirables »

 

Des camps sont ouverts par le gouvernement Daladier pour regrouper les réfugiés de la Guerre civile espagnole (décret-loi du 12 novembre 1938 de Daladier qui prévoit l’internement des « étrangers indésirables », élargi par la loi du 18 novembre 1939 qui permet l’internement « de tout individu, Français ou étranger, considéré comme dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique »[14],[15],[16],[17]).

 

Liste des camps de réfugiés de la Guerre civile espagnole]

 

 

Les camps d'internement de réfugiés espagnols en 1939.

 

Au nombre de 500 000, les réfugiés espagnols sont regroupés dans des camps d'internement situés surtout dans le sud de la France, notamment dans Roussillon, mais aussi jusqu'en Bretagne. Les principaux lieux d'internement sont :

 

 

La Seconde Guerre mondiale

 

1939-1940

 

Durant la drôle de guerre, on a :

 

  • les camps qui internent 20 000 Allemands et Autrichiens antinazis, souvent Juifs, qui ont fui le nazisme depuis 1933 (par exemple Erich Cohn-Bendit), mais qui sont considérés comme ressortissants ennemis ;
  • les camps de nomades qui internent « individus sans domicile fixe, nomades et forains, ayant le type romani » (Manouches, Gitans, Roms, Sintés, et plus généralement Tsiganes) ;
  • les camps de prisonniers de guerre allemands, tels que le camp des Milles ; parfois un secteur particulier des camps précédents ; compte tenu du déroulement des opérations, les soldats allemands prisonniers furent peu nombreux.
  • ceux de l'Empire colonial, mal connus en Europe.

 

Dès 1939 les camps existants se rempliront d'Allemands et d'Autrichiens, c'est-à-dire indifféremment d'opposants au régime nazi (communistes, socialistes, opposants divers, Juifs allemands ou autrichiens) ou de personnes favorables au régime hitlérien, ou de combattants allemands. Ensuite, après la défaite de 1940 et la chute du régime républicain, viendront les Juifs, qui seront peu à peu livrés aux nazis.

 

Après juin 1940

 

Le régime des multiple camps qui ont existé en France pendant la guerre a été extrêmement variable, selon qu'ils se trouvaient en zone libre, en zone occupée ou en zone annexée, selon l'époque en distinguant avant et après la dénonciation du traité d'armistice en 1942 et l'invasion de la zone libre par les Allemands, et aussi selon leurs statuts qui allait d'un régime quasi carcéral, à celui de centres de villégiature pour réfugiés dont la direction était déléguée à des associations confessionnelles, en général protestantes d'origine alsacienne.

 

Sous la Troisième République et le régime de Vichy, seront créés des camps qui s'appelleront diversement :

 

  • Camps d'accueil ;
  • Camps d'internement ;
  • Camps de séjour ;
  • Centres de séjour surveillés ;
  • Camps de prisonniers.

 

Une autre catégorie apparaît sous le régime pétainiste :

 

 

Des camps d'internement des Tsiganes firent aussi leur apparition sous le régime de Vichy : voir l'article Porajmos. Les deux camps principaux furent Montreuil-Bellay et Jargeau.

 

Un camp de concentration nazi fut établi en France, le camp du Struthof, ou Natzweiller-Struthof, créé par les nazis en Alsace, territoire alors entièrement administré par l'Allemagne. Il possédait une chambre à gaz de fortune qui fut utilisée pour exterminer au moins 86 détenus (notamment Juifs) dans le but de constituer une collection de squelettes intacts (ce mode d'exécution ne les altérant pas) pour le professeur nazi August Hirt.

 

À proximité, se trouvait le camp de rééducation de Vorbrück-Schirmeck, destiné aux Alsaciens-Mosellans récalcitrants. -- À partir de 1942, plusieurs camps d'internement sous administration française comme le camp de Beaune-la-Rolande et celui de Pithiviers sont devenus les antichambres des camps d'extermination allemands en Europe de l'Est. En zone occupée, le camp de Drancy fut jusqu'en 1942 sous administration française. La gendarmerie et la police française furent réquisitionnées par les SS afin de les assister pour convoyer plusieurs trains de déportés à destination

 

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites