ERMITAGES EN ARAGON par Pierre CASTILLOU

PIERRE CASTILLOU

  

Pierre Castillou nous a déjà présenté l'an dernier les Villages abandonnés de l'Aragon

 

Les Aspois connaissent Pierre Castillou par ses sculptures dont deux œuvres en bronze, « la légende de Saint-Grat » et le « Cinéma », ornent la Place de la Cathédrale et le rond-point du Luxor à Oloron-Sainte-Marie et pour ses livres sur Compostelle, les Cathares, l’Afrique ou sur la province voisine et cousine d’Aragon qui le passionne.

                                       --------------------------------------

 

La conférence a débuté par la présentation d’un superbe diaporama sur les nombreux et improbables ermitages du Haut Aragon, qu’ils soient sous un couvert de roches ou une infrastructure, ou en pleine nature, le tout au milieu de paysages et sites exceptionnels. Un régal pour les yeux !!!

 

Ensuite sont  venues la présentation puis un débat sur l’histoire de ces ermitages, Comment ont-ils évolué ? Qu’ont il représenté au fil des temps ?

 

Les ermitages sont apparus autour du IVème siècle. A cette époque les ermitages étaient le plus souvent dans des secteurs montagneux, en général dans des creux rocheux et abrités sous des roches, avec des accès plus ou moins aisés.. Ils ont pris une aura très forte du fait de la place prise plus tard dans l’église par des ermites. : St Urbes, St Martin, Victorien, San Juan de Atores

 

A partir du VIIIème siècle leur évolution, comme celle de la vie de l’époque a été marquée par la présence des arabes en Espagne.

 

Situés au début dans les montagnes, ils apparaissaient comme des refuges contre les arabes. Vers les VIII et Xème siècles Le clergé voulait reconquérir l’Espagne et entrainer vers cela les chrétiens, Sont alors apparues des pratiques nouvelles, avec la mise en place des pèlerinages vers St Jacques avec tous les déplacements de population et la création de monastères qui allait permettre de donner plus de cohérence a la vie et pratiques des ermites et leur influence au plan religieux.

 

Dans ce contexte, et au fur et à mesure que les arabes reculaient, la situation géographique des ermitages a changé. Ils ont pris place dans des espaces plus dégagés, sur des sites moins « cachés » prenant place dans des plaines ou des montagnes, abandonnant les abris sous roche, ils avaient souvent un peu de terre pour vivre, en plus des dons et apports faits par les fidèles ils sont aussi dans bien des cas des constructions qui ont fait suite à des monastères ou châteaux détruits et que beaucoup abritent encore des fresques murales de grande beauté, ou des caractéristiques architecturales superbes.  Cette situation géographique a perduré jusque vers le 18ème siècle

 

Beaucoup ont peu à peu cessé d’abriter un ermite et ces petites constructions se sont détériorées Il en reste encore de nombreux même s’ils ont perdu leur caractère purement religieux.

 

La guerre civile de 1936 a contribué à la dégradation de nombreux ermitages. Par contre depuis la fin du régime franquiste et le retour de plus de libertés et peut-être d’une économie plus vigoureuse, de nombreux ermitages ont retrouvé un meilleur état

 

 

 

Il en subsiste  encore de très bien entretenues, ceci pour diverses raisons. Ça peut être un culte des reliques locales, ou encore parce qu’ils sont  devenus des lieux de pèlerinage locaux. Parfois aussi de pèlerinages plus importants comme celui de Santa Orosia, qui est devenue la patronne du haut Aragon

 

Après ce résumé  vous allez voir ci-dessous plusieurs séries de photos.

 - une série de photos d’ermitages bâtis à l’abri de roches, a flan de montagne
-des ermitages plus récent bâtis dans des espaces plus libres.
- des éléments d'architecture
- des peinture et fresques qui ont subsisté
- et enfin des dessins et peintures réalisés par Pierre Castillou, qui devant ces édifices a donné libre cours à son goût ces arts

 

Ce que vous allez découvrir ici n'est qu'une partie d'un superbe diaporama qu'il nous a présenté et qui est beaucoup plus détaillé dans son livre : "Le Haut Aragon et ses ermitages"  , édité aux éditions Monhélios

 

 

Des ermitages bâtis et cachés sous les rochers ou faces rocheuses, probablement les plus anciens. Il faut parfois les chercher dans ces paysages majestueux!!!

d'autres ermitages en pleine nature, hors des villes et villages. Ils sont parfois été liés ou issus de monastères disparus

Dans ces vieux ermitages de très nombreux éléments d'architecture ont résisté aux années

des fresques et des peintures ont résisté, et parfois restaurés..

Sculpteur, écrivain, et aussi peintre et dessinateur, Pierre Castillou n'a pu résister devant de tels modèles , et il a donné libre cours a ses gouts....

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites