LE CAMP DE MIRANDA par Pierre Louis Giannerini

Pierre Louis Giannerini nous a fait vivre ce qu'a été , au cours des années précedant la guerre 39 - 45, des années de guerre et les années qui ont suivi.

Ce camp, bien situé géographiquement, au carrefour des principaux axes navarrais et espagnols, a , ainsi, été tour a tour,

_  camp de prisonniers pour les républicains espagnols,

_ puis camp pour les français fuyant la STO, et autres nationalités, fuyant l'occupation nazie,

- puis encore , à la fin de la guerre, lieu de rétention pour les notables allemands, fuyant leur pays, soit avant la fin de la guerre, ou alors en partance protégée vers l'Amérique du sud.

 

Par des images et son verbe , Le conférencier nous a fait vivre et ressentir les conditions de vie détestables de ce camp, même si elles ont été différentes en conditions et nombre de détenus selon les périodes d'utilisation.

Concernant les Français, il nous aussi fait revivre leur parcours, depuis la France, puis après le séjour dans ce camp , ( ou d'autres de même type) comment ils ont rejoint les troupes africaines de l'Armée Française

Dans cette période . Pierre Giannerini a insisté sur le rôle humanitaire que joua un prélat espagnol , afin de faciliter les conditions d'exitence, ou obtenir des libérations de prisonniers.

Pour ceux qui souhaitent davantage d'informations, nous avons recueilli sur internet un document d'information sur ce sujet, sans en connaître l'auteur.. Vous le trouverez sur ce document ,  les photos de la conférence 

 

Pour plus d'informations, la plupart développées par notre conférencier, nous faisons figurer ci-dessous un document pris sur internet, sans en connaître l'origine

Depuis ses origines, l’histoire de Miranda apparaît déterminée par son exceptionnelle position géographique.

 

La conjonction des lignes de chemin de fer Madrid-Irun et Tudela-Bilbao, au XIXe siècle, allait être propice à la plus grande transformation de Miranda de Ebro avec l’installation d’usines et la diversification de ses commerces et de ses services.

Le camp de Miranda

La capture rapide de nombreux prisonniers républicains dans le Nord du pays, contraint à une incarcération massive dans des conditions parfois inhumaines. Ainsi fut créé le Camp de Miranda de Ebro qui, compte tenu de sa position géographique à proximité du front et de ses moyens de communication (tant ferroviaires que routiers) adaptés, représentait un choix idéal. 

L'endroit choisi avait une superficie de 42 000 m2. Il était situé entre les installations ferroviaires et le rio Bayas Ce sont les habitants de la ville qui se virent imposer la charge de la construction du camp. En moins de deux mois, celui-ci fut achevé et mis en fonction, mais dans des conditions déplorables. 

Prisonniers républicains (1937-1941)

La capacité du camp était de 1500 prisonniers, mais ce nombre fut rapidement dépassé en raison de l'arrivée de nombreux prisonniers en provenance d'autres camps situés plus au nord.

 

Le camp de Miranda de Ebro accueillit, en tout, près de 65 000 prisonniers républicains. Ou vrnus soutenir la République avec les Brigades Internationales 

En 1941, il ne restait que peu de prisonniers républicains dans le camp  

Dès  1940, il devient officiellement un "deposito de concentracion", ( Camps de concentration) 

L'influence de la Gestapo au camp de Miranda fut très importante, surtout après la visite d'Himmler en 1940. Entre 1941 et 1944 (période à partir de laquelle Franco, au vu de la tournure des événements de la Seconde Guerre mondiale, commença à prendre ses distances par rapports à l'Allemagne et à l'Italie), 

Le 5 janvier1943, les brigadistes commencèrent une grève de la faim et, grâce à la pression ainsi exercée, obtinrent leur libération. En 1943, il ne restait que 3 500 prisonniers étrangers. 

À l'époque du régime de Vichy en France, les évadés de France occupée, fuyant le STO,  qui franchissaient les Pyrénées et étaient faits prisonniers par la garde civile espagnole, étaient très souvent conduits au camp de Miranda, après internement dans des prisons régionales ou des balnearios (prisons improvisées dans les stations thermales des Pyrénées). 

Les archives du camp attestent de l'internement de 7 500 individus provenant de 57 nationalités différentes. En août 1943, 4 000 hommes (dont 3 000 Français) étaient internés dans ce camp prévu initialement pour 1 500 détenus. Il y avait aussi de nombreux juifs qui tentaient de fuir l'holocauste. 

Les conditions de vie y étaient particulièrement pénibles : hygiène déplorable, soins médicaux inexistants ou défaillants, couchage déficient, alimentation lamentable et entretien insuffisant. Les anciens internés du camp de Miranda relatent souvent l'anecdote des latrines du camp : 36 WC à la turque pour 4 000 internés ... Les évasions furent très rares. 

Plus de 90 % des évadés de France, de fin 1940 au débarquement de Normandie, ont traversé la frontière espagnole : au total 35 000 évadés sur 100 000 tentatives. Les évadés capturés « mobilisables » – de 20 à 40 ans – sont détenus entre un an et dix-huit mois en prison et/ou au camp de Miranda de Ebro, puis acheminés, dans un premier temps sur le Portugal, ensuite sur Casablanca au Maroc.

Camp de déserteurs (1944-1947)[

La fin de la Seconde Guerre mondiale approchant, de nombreux soldats allemands avaient déserté devant l'avancée des troupes alliées en Europe. Comme les Français avant eux, ils essayaient de fuir et cherchaient à embarquer vers l'Amérique latine. Arrêtés, ils étaient emprisonnés par l'armée espagnole, le même sort étant réservé aux déserteurs italiens. 

De nombreux nazis préféraient être incarcérés au camp de Miranda plutôt qu'être rapatriés chez eux. Les conditions de vie y étaient de meilleure qualité que dans les camps allemands. 

Fermeture du camp 

Le camp de concentration de Miranda de Ebro fut fermé en janvier 1947. Il était alors le dernier camp en fonction sur le territoire national. 

Prisonniers célèbres 

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites