BORDEAUX DU 18ème SIECLE PAR Mme Laurence GRE BEAUVAIS

 

     Bordeaux,  premier port de France au XVIIIeme siècle,

 

        Devenu premier port de France sous Louis XV, avec une population qui triple en un siècle, Bordeaux assure sa prospérité et sa richesse grâce à quatre grands mouvements commerciaux. En premier lieu, elle redistribue depuis Bordeaux, par les fleuves Garonne et Dordogne, les richesses de tout l’arrière pays du sud-ouest de la France vers les îles à sucre (Poteries de Sadirac, pavés de Barsac, salaisons et fromages tissages basques et béarnais, vins, eaux de vie, poudre, bois, fers ou chaudière à sucre du Périgord…) . Au retour de ce commerce « en droiture » dirigée essentiellement vers Haïti-Saint-Domingue (80%), ses bateaux ramènent dans leur cale :  sucre, coton, cacao, café, indigo, épices..etc. Puis dans une troisième phase, ces marchandises stockées dans les entrepôts bordelais , sont revendues au meilleur prix…en Europe…Enfin, le commerce se faisant plus difficile, les armateurs bordelais lanceront 490 expéditions vers l’Afrique participant ainsi à ce commerce triangulaire de triste mémoire,  destiné à stimuler la production sucrière et caféière.

 

Cette période vit un prodigieux essor économique de bordeaux au travers de toute son organisation marchande. Les  hommes du sud-ouest y ont pris une large place, car  basques, béarnais, gersois, furent très présents à Saint-Domingue (Jean-Baptiste Ducasse ou Nolivos béarnais, garde béarnaise de Toussaint Louverture) , marquant de leur présence les quartiers de l’île, la spiritualité (congrégations religieuses, loges maçonniques (Charlestéguy…)

 

Bordeaux a également été le but de la sortie à Bordeaux , sur le bati du 18 ème siècle et le Bordeaux médiéval. Sur ce site , à la rubrique Sorties , vous avez quelques détails de la sortie et surtout des photos qui vous permettront de redécouvrir cette ville superbe

 

 

Un texte sur bordeaux du 18 ème siècle , pris sur WIKIPEDIA

 

Le XVIIIe siècle : siècle d'or et système colonial[wikipedia)

 

Bordeaux connaît son second apogée du milieu du XVIIe siècle jusqu'à la Révolution française. Cette prospérité provient à nouveau de son port, qui va devenir le premier port du royaume. Ainsi, la ville compte 40 000 habitants en 1700, ce qui en fait l'un des centres urbains les plus importants du royaume[14]. La ville commerce le vin, mais aussi le sucre colonial et les esclaves.

 

Article détaillé : Traite négrière à Bordeaux.

 

Au même titre que Nantes, La Rochelle, Lorient et bien d'autres, elle devient en effet un centre négrier et permet à certaines grandes familles de négociants de s'enrichir grâce au commerce triangulaire. En 1571, le Parlement de Bordeaux s'était pourtant prononcé contre l'esclavage. Il existait une forte tradition humaniste à Bordeaux dont le plus célèbre représentant fut Montaigne. En 1548, Étienne de La Boétie, membre du Parlement de Bordeaux, avait rédigé un des premiers textes anti-esclavagistes européens, « Le discours de la servitude volontaire ». La traite des noirs, déjà initiée par les grandes compagnies portugaises ou anglaises notamment, va se développer peu à peu en France. La place privilégiée du port de Bordeaux va susciter la convoitise de riches familles de négociants qui vont vouloir s'enrichir grâce à la traite. Ainsi, nombreux vont être les aventuriers qui vont s'installer dans la ville de Bordeaux en ce sens. La plupart sont originaires du Portugal, d'Irlande ou de la région du Tarn. Les plantations esclavagistes de la partie française de Saint-Domingue appartiennent aussi en grande partie à ces riches nouveaux Bordelais. Bordeaux se hisse ainsi, en 1743, au rang de cinquième port [réf. nécessaire]négrier français à égalité avec Le Havre. Il est encore bien loin - avec moins de cinquante navires depuis le début du siècle - du colosse nantais, qui expédie cette année-là son cinq centième navire vers les côtes guinéennes [réf. nécessaire].

 

La peste de Marseille, en 1720, conduit Bordeaux à prendre des mesures de précaution, tandis que sa population élevée soulève des problèmes d'ordre public.

 

Les archevêques, les intendants et les gouverneurs installés par le roi, embellissent la ville, assèchent les faubourgs marécageux et insalubres et aménagent les anciens remparts. Les intendants Claude Boucher et Louis-Urbain-Aubert de Tourny font, à moindre échelle, ce que fit cent ans plus tard le baron Haussmann à Paris. L'architecte André Portier construit, à la place des portes fortifiées de la vieille ville, des arcs de triomphe majestueux comme la Porte d'Aquitaine (place de la Victoire), la porte Dijeaux (place Gambetta/ Rue Porte Dijeaux), la porte de la Monnaie (quai de la Monnaie) ou encore la porte de Bourgogne (place Bir-Hakeim). La ville se dote également d'un opéra construit par Victor Louis.

 

À la demande de Tourny, l'architecte de Louis XV, Ange-Jacques Gabriel, crée le Jardin public, voulu comme un espace vert et un haut lieu de promenade qui rencontre très vite la faveur des Bordelais. Gabriel construit aussi la vitrine de la ville : la place de la Bourse, alors appelée place Royale, magnifique ensemble XVIIIe siècle de type versaillais, qui donne sur les quais`. Elle sert dans un premier temps d'écrin à la statue équestre du roi Louis XV, statue fondue en 1792 et remplacée en 1869 par la fontaine des Trois Grâces, réalisée d'après des plans de Louis Visconti[16].

 

La flèche Saint-Michel est construite.

 

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites