BERGERS D'ASPE EN TRANSHUMANCE DANS LES PLAINES D'AQUITAINE par Vanessa DOUTRELEAU

Transhumances des bergers d’Aspe vers les landes d’Aquitaine.

C’est Mme Vanessa Doutreleau, ethnographe au Musée de Marquèze, celui-ci faisant partie du  Parc Naturel Régional des landes de Gascogne,  qui nous présenté cette conférence.

Parlant de transhumance, dans nos vallées, l’habitude a été prise aujourd’hui, de ne parler que des transhumances de nos villages aux estives que ce soit au printemps ou à l’automne. C’est oublier que pendant très longtemps, cette transhumance d’été était accompagnée, pour les bergers, par une transhumance hivernale vers les landes d’Aquitaine, à la recherche d’alimentation et de pâturages pour les troupeaux de moutons et même de vaches.

Des archives du XIII ème  siècle démontrent déjà l’existence de cette pratique. Elles sont souvent issues de décisions des élus communaux des communes traversées ou du règlement de conflits entre  locaux et transhumants dont les tribunaux ont été saisis

Au fil des siècles suivants, cette pratique s’est poursuivie. Seules les conditions de la transhumance ont changé.

Dans ces transhumances des vallées béarnaises vers les landes d’Aquitaine, il y eut plusieurs périodes qui modifièrent les pratiques.

D’abord, nous ont été présentées des cartes montrant quels étaient les trajets, souvent assez directs des vallées jusqu’à la « Lanegrand » aujourd’hui appelée Haute Lande, qui couvrait une large zone, de Sabres, Sore à Luxey, Callen, Labrit, Captieux, Maillas.. Sur ces routes les transhumants se sont  parfois heurtés aux intérêts des locaux, d’où des interdictions de traverser une commune ou d’y séjourner, ou encore la fixation de droits de passage ou de pâture

En 1774, survint un évènement grave. Une épizootie décima  80 % du troupeau bovin transhumant. Ce qui de fait arrêta la transhumance des bovins.

Ensuite un élément important se fit jour dans la deuxième moitié du 19 ème siècle. Déjà en conflit d’usage des terres avec les agriculteurs, le boisement des Landes fit disparaître les pacages. Petit a petit, les transhumances passèrent plus à l’est  allant vers Marmande, et, à partir de là se divisaient pour aller vers la Gironde jusqu’au Médoc, ou vers le Lot et Garonne et le Dordogne. Ainsi, au début du 20 ème siècle, il y avait 30 bergers autour de Langon

A partir de 1930, l’accroissement de la circulation sur les routes rendit plus difficile les transhumances. Le département prit alors partiellement en charge les frais de transport des troupeaux par le train. Dans notre vallée d’Aspe le départ se faisait à Bedous

Ce n’est que plus récemment, à partir de 1970, que les bergers qui continuant cette transhumance  ont choisi le transport en camion, plus rapide et plus souple d’usage.


De ces transhumances, il reste peu de traces, sauf à Callen, où, sur une porte ont été gravés les noms de 2 bergers, ou encore  quelques lieux qui portent des noms d’origine pyrénéenne.

Après cet historique a été abordée la vie de ces bergers transhumants.

D’abord les conditions économiques. Le plus souvent elles tenaient du troc. C’était souvent le fumier contre le couvert. Au cours de leur séjour hivernal, ils pouvaient être hébergés par différents propriétaires, pour qui le fumier était important, essentiellement pour les vignes. Souvent aussi le berger payait ses pacages ou d’autres services par du fromage ou de la viande d’agneau. C’était une activité de subsistance, et on n’a guère entendu parler de bergers transhumants qui aient fait fortune. C’était simplement un moyen de vivre pour des bergers de ces vallées qui n’avaient assez de terres dans leur village pour nourrir les animaux transhumants.

Ensuite il y avait les conditions de vie, des bergers transhumants d’une part, et aussi de leurs familles.

Les bergers étaient des hommes très absents de leur maison, partis l’été en montagne, l’hiver dans les plaines. Les mères et épouses  devaient donc travailler les terres de la maison, et la faire vivre. Les enfants eux aussi, pouvaient trouver lourde, parfois « injuste » l’absence de leur père. Le film qui nous été présenté a bien montré tous ces aspects de la vie de ces familles, rudes certes, mais aussi très sensibles

Toute la présentation qui nous été faite est largement issu du livre de Vanessa DOUTRELEAU: Itinéraires de bergers, Transhumances entre Pyrénées et landes de Gascogne


Sur le journal sud-ouest, un article rendant compte de la conférence a été publié. Le voici

Samedi dernier, Vanessa Doutreleau, de l'écomusée de Marquèze, est venue à Accous expliquer le travail mené en 2011-12 sur les transhumances entre les villages de montagne et les grandes plaines de Gascogne. La transhumance est la pratique liée à l'alternance des saisons en lien avec l'élevage. C'est le mouvement des troupeaux et du berger qui les mène, à la différence du nomadisme, où toute la communauté suit. Dans les Landes, le pasteur faisait seulement pacager ses bêtes dans la lande.

Le premier ouvrage, vers 1930, par Henri Cavaillès, décrit cette « grande transhumance » hivernale. Des archives (capes, sonnailles, arrêtés communaux…) font état de ces échanges avec les pasteurs landais dès les XIIIe et XVe siècles, avec des droits de passage, par tête pour les vaches et brebis béarnaises sur la Haute Lande (Labrit, Sabres…).

Les bergers du Haut Béarn (Aspe, Barétous, Ossau) viennent car le manque de pâtures les fait partir dans les plaines à la recherche de nourriture pour leurs bêtes contre la fumure des terres qui les accueillaient. Puis fin XVIIIe, suite à une grande épizootie des bovins, seuls les troupeaux de brebis transhument avec contournement de la forêt des Landes, qui évoluent sous Napoléon III. Les terres des Landes sont aussi plus labourées, et les bergers béarnais « dérangent » les p
pasteurs landais, concurrents sur les terres, et aussi sur la forêt.

Chasses à l'homme

Des communes vont s'opposer à la présence de bergers étrangers par des délibérations, aussi par les certificats vétérinaires obligatoires. De véritables chasses à l'homme sont aussi menées par certains fermiers landais sur les bergers béarnais.

La projection du film « Itinéraires de bergers » a montré les différents types de transhumances à pied, par train, par camions, puis celle, récente, inversée. Les témoignages de bergers, principalement ossalois et quelques d'Aspois, permettent de comprendre la vie de ces hommes avec tout le vécu des femmes et familles en lien avec l'absence de « l'homme » et du père une bonne partie de l'année.

La disparition de la transhumance hivernale est liée au changement des pratiques culturales, principalement de celle de la vigne en Gironde : « Dès qu'il y a eu les tracteurs, engrais, pesticides, les mentalités ont changé. Ils se foutent (sic) pas mal du fumier et des brebis », a grondé un ancien berger. Un livre et le DVD du film sont en vente.

Martine Lacout Loustalet

Pour tout renseignement, contact : v.doutreleau@parc-landes-gascogne.fr


Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites