CONCEVOIR,EDIFIER, DECORER UNE EGLISE ROMANE DANS LES PYRENEES par LE Professeur Emmanuel  GARLAND

 

Accous – Partage et Culture en vallée d’Aspe – 6 avril 2019

La conférence du 6 mars porte sur l'art roman. Beaucoup de nos églises de notre vallée d'Aspe sont de ce type, même si ce ne sont pas toutes des oeuvres d'Art. Peut-être saurons nous mieux les voir et regarder.;

M. Emmanuel Garland va nous présenter cette conférence sur l'art roman

Il est né le 26-12-1954 à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Ancien cadre de l’industrie, aujourd’hui à la retraite. 

 Diplômé de l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures de Paris (« Centrale Paris »), et de l’Ecole Nationale Supérieure du Pétrole et des Moteurs (ENSPM).

 A soutenu en 1996 une thèse d’Histoire de l’art à l’Université de Toulouse-Jean-Jaurès sur « L’iconographie romane dans la région centrale des Pyrénées ».

 A publié deux ouvrages sur l’art roman et près d’une soixantaine articles, portant essentiellement sur différents aspects de l’art roman dans les Pyrénées.

 Membre titulaire de la Société archéologique du Midi de la France, actuellement vice-président des Amis des Eglises Anciennes du Béarn, et de l’Association culturelle de Cuxa (organisatrice depuis cinquante ans des « Journées Romanes »), administrateur de la Société des Sciences, Lettres et Art de Pau (SSLA), et de la Société des Etudes du Comminges.

 

 Concevoir, édifier, orner une église romane dans les Pyrénées.

 Les profonds changements qui affectent la société à la fin du premier millénaire conduisent à la mise en chantier de très nombreux lieux de culte tout au long des 11e et 12e siècles, dont beaucoup sont parvenus jusqu’à nous, marquant ainsi durablement le paysage monumental de nos villes et villages. Les témoignages sont nombreux dans les Pyrénées. Qu’il s’agisse de modestes églises de village ou de cathédrales prestigieuses, tous racontent une histoire : celles des hommes et des femmes qui les firent construire et orner.

 

Qui en furent les commanditaires ? Quel fut le rôle de l’Eglise, des seigneurs, des communautés locales ? Qu’est-ce qui guida les uns et les autres dans leurs choix ? Qu’est-ce qui fit que l’on se mit alors à (re)bâtir tant d’églises et de monastères ? A les orner ? Après une époque de tâtonnements, ou plutôt d’expériences diverses, la multiplication des chantiers conduisit progressivement à l’uniformisation de certaines formes et types de décor, mais aussi à une rapide amélioration des techniques picturales et lapidaires dont les plus belles réalisations régionales forcent encore notre admiration (Lescar, Morlaàs, Oloron-Sainte-Marie, Sévignacq, etc.).

 

Emmanuel Garland, docteur en Histoire de l’Art

 

Adhérez !

cliquez ci dessus pour qu'il s'affiche

Nos partenaires

Merci de vos visites